Communiqué de l’Association des Étudiants Solidaires (28 sept 2022)

Une tempête sur twitter en soutien aux étudiants détenus. Lundi 26 septembre 12h
Avec les hashtags : #MahsaAmini et #LesEtudiantsAveclePeuple.

Collusion des autorités universitaires avec la répression

« Il semble que certains responsables d’université soient devenus les larbins des services de sécurité »

Mohamed Ali Kamfirouzi, avocat, proteste contre les arrestations massives d’étudiants.

« Nous vivons en ce moment une situation exceptionnelle où les services de sécurité et les milices attaquent les universités. Celles-ci, avec le renfort occasionnel de l’armée, ont pris d’assaut les campus à de multiples reprises.

On entend des nouvelles d’arrestations d’étudiants devant les dortoirs, devant les universités. Ils élaborent des stratagèmes pour les faire sortir et les arrêtent dès leur sortie.

Les autorités universitaires apportent souvent leur collaboration : on assiste à une étrange coopération entre responsables universitaires et forces de sécurité qui inquiète quant à l’autonomie des universités. »

Appel des étudiants à la grève

Jusqu’ici, les étudiants d’au moins 28 universités ont publié des appels à ne plus se rendre en cours, voici la liste :

Les étudiants d’au moins 28 universités ont appelé à boycotter les cours (Alzahra et Razi à Kermanshah ont publié des déclarations indépendantes sur internet). La liste reste provisoire.

  1. Université de Téhéran.
  2. Université Allameh Tabatabaei.
  3. Université du Gilan.
  4. Université du Kurdistan.
  5. Université technologique Sahand de Tabriz.
  6. Université Chamran d’Ahvaz.
  7. Université d’Art de Téhéran.
  8. Université des sciences de réhabilitation de Téhéran.
  9. Université Surah.
  10. Université de science et d’industrie.
  11. Université Noshirvani de Babol.
  12. Université polytechnique.
  13. Université Shahid Beheshti.
  14. Université Sharif.
  15. Université Bou Ali Sina de Hamedan.
  16. Université des savoirs et de la culture.
  17. Université Khwarezmi de Karaj.
  18. Université du Mazandaran.
  19. Université de sciences et technologies du Mazandaran.
  20. Université Khwaja Nasiruddin Tusi.
  21. Université Al-Zahra.
  22. Université Ferdowsi de Mashhad.
  23. Université des arts islamiques de Tabriz.
  24. Université internationale de Qazvin.
  25. Université des sciences médicales du Mazandaran.
  26. Université Mohagheg Ardabili.
  27. Les étudiants en pharmacie de l’université de sciences médicales de Téhéran.
  28. Université Razi de Kermanshah.

Portraits d’étudiants emprisonnés

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

Un appel à la solidarité des enseignants

Déclaration des activistes étudiants de l’université Allameh Tabatabai adressée aux enseignants et étudiants.

[…] Mehsa Amini, une femme arrêtée par la patrouille d’intimidation, est morte de leur violence. Cette tragédie est devenue un symbole pour les opposants iraniens. Lors des dernières décennies, des milliers d’entre nous et nos camarades des autres universités ont été victimes de violence systématique sous le silence et l’inaction de nos professeurs. […]

«Ne sais-tu pas que l’Iran est mon foyer ? »

[Les étudiants décrivent la violence systématique dont ils sont victimes depuis des décennies, ainsi que la trahison de leurs anciens camarades de classes qui aujourd’hui participent à la répression avec les services de sécurité et ouvrent le feu sur les manifestants]

«Ils arrêtent les étudiants les uns après les autres. En ce moment, au lieu d’aller en cours, nos camarades sont en cellule. Nous devons briser le silence, jusqu’à ce que ces étudiants soient libérés, se rendre à l’université équivaudrait à leur passer les menottes.

Nos professeurs ont choisi le silence devant les arrestations et les manifestations. La passivité de ceux qui nous ont enseigné la liberté est une honte. Nous demandons aux professeurs de l’université d’Allameh Tabatabai de déclarer leurs positions sur les actions répressives du gouvernement, comme l’ont fait certains de leurs collègues ».

#étudiantsaveclepeuple.

Début de solidarité des professeurs

Quatre professeurs de l’université Sharif ont annoncé qu’ils n’allaient pas tenir classe en protestation face aux arrestations d’étudiants et aux conditions sociales et universitaires actuelles. Aucun cours de la faculté de physique de cette université n’aura lieu cette semaine.

Lettre ouverte de l’association islamique de l’Université de Science et Technologies Arman aux professeurs :

« Respectables professeurs de l’Université de Science et Technologie, nos salutations.

Comme vous le savez, des manifestations populaires massives ont lieu en ce moment. L’histoire de Mahsa Amini est devenue un symbole contestataire pour les droits que nous avons perdu ces dernières années et les injustices subies par notre peuple. […]

Vous, professeurs, n’avez pas encore rejoint les protestations des universités. Les responsables académiques coopèrent avec les services de sécurité. Dans cette situation votre silence est inacceptable ». […]

Communiqué des étudiants de l’université Tarbiat Modares lu à la réunion d’aujourd’hui.

lls rappellent le devoir de transparence et de clarté de l’institution universitaire.

[…] « Maintenant que toutes les possibilités de protestations civiles et mécanismes de réforme ont abouti à une impasse […]

Nous demandons aux enseignants de faire grève, de cesser leurs cours, mais aussi de se tenir avec nous main dans la main, en ligne. L’université est vivante et le restera ».

Dernière publication sous le hashtag #L’universitétoujoursengrève.

Des enseignants aux côtés des étudiants

Quelques-uns des professeurs qui ont annoncé interrompre leurs cours (selon les dernières informations publiées par le journal du conseil syndical du campus des beaux-arts des universités de Téhéran et de Sharif) :

  1. Maryam Kashkulinia (Professeur à la faculté d’arts visuels, université de Téhéran).
  2. Pedram Mohammadi (Faculté d’arts appliqués).
  3. Hamidreza Paswar (Professeur invité à la faculté d’arts appliqués).
  4. Mozhgan Khaleghi (Professeur invité à la faculté d’arts appliqués).
  5. Un groupe de professeurs de musique de l’université de Téhéran.
  6. Ali Sharifi Zarchi (Professeur à la faculté informatique de l’université Sharif).
  7. Shahram Khazaei (Professeur à la faculté de sciences mathématiques, université Sharif).
  8. Sohrab Rahvar (Professeur à la faculté de Physique de Sharif).
  9. Cyrus Asgari (Professeur à la faculté d’ingénierie des matériaux).

Sarullah Hekmat (enseignant du groupe de philosophie de l’université Shahid Beheshti) et Negar Zilabi (enseignante à l’université Shahid Beheshti) ont déclarés sur leurs canaux Telegram qu’ils cessent leurs cours jusqu’à la nouvelle de la libération des étudiants détenus.

Breaking news

Six étudiants de l’université des sciences et techniques arrêtés le soir du vendredi 23 ont été relâchés.

Huit étudiants de l’université Polytechnique ont été arrêtés.

Mohammad Javaheri, étudiant en master de sociologie de l’université de Téhéran, a été arrêté.

Étudiant senior dans le domaine de la société de la jeunesse à la faculté de sciences sociales de l’université de Téhéran, Mohammad Javaheri, a été détenu par les forces de sécurité durant 48 heures.

Après les premières manifestations au campus masculin de l’université de Téhéran, Mohammad Javaheri fut détenu dans les locaux de la sécurité plusieurs heures de la nuit, sans être arrêté immédiatement.

La sécurité de l’université de Téhéran a ensuite annoncé son expulsion du dortoir.

Après avoir été expulsé, il a à nouveau été arrêté hier sur le chemin du terminal de bus pour rentrer chez lui.

Source : Chaîne des conseils syndicaux des universités nationales

 

Voir aussi Tuée pour des mèches de cheveux

S’abonner
Notification pour
guest
Fonction / Position
Institution / Entreprise

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires